Retour à l'accueil

  Société

LES CADEAUX INDéSIRABLES

Il paraît que nous offrons aux autres les cadeaux que nous aimerions recevoir. Le cadeau serait le reflet de ce que nous sommes. Ainsi, les gens les plus originaux, ceux qu’on surnomme les artistes dans la famille, offriraient des cadeaux plus originaux et ceux qu’on surnomme les quétaines et bien…

N’avez-vous jamais reçu un cadeau indésirable? Ce genre de truc pour lequel on n’arrive pas à se réjouir. Cet objet de catalogue qui nous fait littéralement tomber la face par terre. Ce cadeau que l’on croit revenir à une autre personne qu’à soi. Ce paquet que l’on développe avec lenteur dès qu’on a aperçu l’illustration du contenu sur la boîte.

J’ai moi aussi reçu le fameux porte-feuille qui se déplie pour devenir une valise en simili cuir. Ce chandail pailleté de chez Zeller’s – parce que figure-toi qu’ils ont le 3X- ou cette fleur qui danse sur de la musique rock. Je sais comment on peut se sentir lorsqu’on déballe le pamplemousse piqueté de clous de girofle que tante Jeanne a fabriqué à notre intention. Horreur!

J’ai pensé pour vous à quelques réactions polies qui relèvent du livre de Bienséance appliquée.
1. Vous déballez le cadeau, merci-beaucoup-bisous-bisous, puis vous le cachez derrière le divan ou mieux, vous le perdez dans le sac de papier d’emballage que vous avez pris soin de mettre à la disposition des «déballeurs». Puis, très important, le lendemain vous faites mine de chercher le cadeau avec… la mine déçue. (Attendre que le camion de vidanges soit passé).
2. Vous pliez l’emballage avec soin, merci-beaucoup-bisous-bisous, puis vous remballez l’objet pour l’offrir à une autre amie à qui le cadeau convient davantage.

3 Vous ouvrez et vous vous écriez : « Comme c’est drôle! Je m’en suis acheté un pareil la semaine dernière!» et quand votre belle-sœur veut aller l’échanger, vous déclinez et vous insistez pour y aller vous-même.
4. Vous placez le cadeau directement dans le champ d’action de votre petit caniche et souhaitez qu’il le réduise en mille miettes. Puis, vous vous plaignez gentiment que votre toutou n’est pas gentil, là!
5. Si vous recevez un cadeau inutile, vous le placez dans la boîte prévue pour la vente de débarras ou vous l’offrez à la guignolée de la paroisse.
6. Assorti aux merci-beaucoup-bisous-bisous, vous laissez tomber : « T’es bien gentille quand même».
7. Le cadeau ne vous sied pas? Offrez-le à la personne qui vous l’a offert, à Noël de l’an prochain. Si l’on considère que nous offrons toujours un cadeau que nous aimerions recevoir, elle sera ravie.
8. À la question : «Où as-tu planqué le beau Lladro que je t’ai offert à Noël l’an passé?» Vous répondrez gentiment : «Je l’ai placé sur ma bibliothèque au bureau!»
9. Vous pouvez toujours écrire dans vos cartes de Noël : « Prière de ne pas offrir de cadeau. Des dons à la Société d’Alzheimer seraient appréciés».
10. La dernière et ultime solution aux cadeaux indésirables est de vous claquemurer chez vous du 23 au 30 décembre en espérant qu’on ne vous envoie pas quelque présent par la Federal Express!

Bien sûr, à tout problème, il y a une solution. Dans ma famille, nous avons pris l’habitude de piger le nom d’une seule personne à qui on doit offrir un cadeau de 75$. Chaque personne donne sa liste de cadeaux préférés dans laquelle son «donateur» puise allègrement. Nos suggestions zizgaguent entre un bon d’achat à la SAQ et un panier d’épicerie fine; entre un massage et une visite chez l’esthéticienne; entre le cinéma et la librairie. Mais le plus important, ce sont les merci-beaucoup-bisous-bisous qui accompagnent les cadeaux, pas vrai?


Ce texte est protégé par les droits d'auteur et n'engage que l'opinion de Francine Allard.
2021 © Francine Allard.com. Tous droits réservés.


Retour en haut