Retour à l'accueil

  Politique

GENTLEMAN CAMBRIOLEUR

Gentleman cambrioleur
Par Francine Allard



Gentleman cambrioleur que ce Paul Coffin. Magouilleur politique, je l’ai connu fort bien lorsque j’ai moi-même chipoté dans la politique électorale sous la Ministre Monique Landry dans Deux-Montagnes en 1988.

Paul Coffin était l’homme le plus respectable que j’avais eu l’occasion de rencontrer. Un bel homme avec cette classe que lui conférait son métier de gentleman. Son magnifique accent anglophone lorsqu’il parlait français m’avait subjuguée. J’avais presque souhaité le connaître plus intimement. N’oubliez pas que Monique Landry était d’allégeance conservatrice. Étonnée, je le fus en lisant que Coffin avait joint les rangs du Parti Libéral. On va là où il y a des bidous à faire, disait mon grand-père.

Paul Coffin est-il condamnable? Il a fait du trafic d’influence. Soit. Mais c’est comme ça partout dans l’entourage des partis politiques. Il a pris un pourcentage de 12% sur les commandites fédérales à divers événements courus? Que font les autres firmes de communications? Paul Coffin est un fin renard et comme Arsène Lupin, il se faufile à travers les brèches qui se présentent devant lui. Des brèches que personne ne désire colmater.

Je ne l’excuse pas. Je l’explique. Parce que absolument tout, en politique, est de l’ordre de la magouille de toute façon. Et nous le savons tous. Ne sommes-nous pas les premiers à demander l’aide de notre député pour trouver une job à junior?

Lors des élections fédérales de 1988, je travaillais comme directrice électorale pour Monique Landry. J’étais entourée de bénévoles. Des vrais qui n’obtiennent aucune rétribution pour leur travail. Il y avait aussi les Cholette, les Émond et les Coffin qui supervisaient le travail. Mais les Cholette, Émond et Coffin eux, étaient libérés, payés, délégués par leur employeur, une firme d’ingénieurs-conseils, une compagnie de communications, une société d’architectes, pour faire élire Monique Landry pour ensuite, avec un peu de chance, se voir octroyer des contrats importants puisque Mme Landry était la ministre responsable de l’ACDI, entre autres. Je ne pose aucun diagnostic. Ni aucune accusation. Je vous raconte seulement comment ça se passe en politique. Le parti Conservateur est mort? Vive le Parti Libéral. Et la terre continue à tourner. Et le lobbying à s’activer. Et les Coffin, malchanceux, à être débusqués.

Paul Coffin était un homme d’affaires et il allait là où il y avait des affaires. Mais n’allez pas croire qu’il était un méchant escroc qui frayait dans les sous-sols sombres de la ville. Coffin était importateur de vins de qualité. Et il portait des vêtements signés. Et il était poli comme un collégien. Et je l’aimais bien.





Ce texte est protégé par les droits d'auteur et n'engage que l'opinion de Francine Allard.
2017 © Francine Allard.com. Tous droits réservés.


Retour en haut