Retour à l'accueil

  Littérature

LES BOUQUINISTES FRANçAIS

Hier encore, comme disait Aznavour, j’étais invitée au lancement des Bouquinistes du Saint-Laurent au Château Ramesay. Mme Tyrol, qui a connu les Bouquinistes de la Seine à Paris a instauré ceux du Saint-Laurent en 1992.
Les conférenciers se sont suivis, qui un commanditaire, qui un ambassadeur. Dany Laferrière (encore lui) a, comme d’habitude été brillant. Gérard Poirier a annoncé deux spectacles en compagnie de Françoise Faucher: le premier présentant les correspondances de Georges Sand et l’autre, une pièce à deux personnages de Jules Renard. Des Français. Les Bouquinistes du Saint-Laurent nous présentent des auteurs français, quoi de neuf puisque l’idée nous vient de nos premiers colonisateurs.
Là où j’ai été en maudit torrieu, c’est que le spectacle de fermeture présenté par François Barcelo (n’a-t-il pas lui, publié chez Gallimard?), et moi-même intitulé LES MOTS D’HUMOUR et présenté 10 fois dans autant de bibliothèques de Montréal, et PRÉSENTANT DES EXTRAITS DE DOUZE AUTEURS QUÉBÉCOIS n’a pas été annoncé et le cahier de presse lui, disait: DEUX ÉCRIVAINS PRÉSENTENT DES EXTRAITS... Sans nos noms. Et pas un mot sur l’extraordinaire musicien qui nous accompagne François Desaulniers (retenez ce nom!).
J’étais venue d’Oka, Barcelo de Saint-Antoine sur Richelieu et Desaulniers, de Saint-Tite, pour manger du saumon fumé sur canapé et entendre quelques accents pointus nous rabattre les oreilles avec un projet de Bouquinistes du Saint-Laurent à Ottawa.
J’ai eu un rapport de saumon fumé.
Et j’ai compris que nous ne sommes pas grand-chose si notre UNEQ ne fait pas les choses qu’elle doit faire pour s’assurer que nous ne sommes pas des culs terreux d’écrivains québécois.
Se plaindre tout le temps? Vous me pardonnerez. Ça paraît toujours plus quand t’es toute seule sur ce maudit forum.






Ce texte est protégé par les droits d'auteur et n'engage que l'opinion de Francine Allard.
2020 © Francine Allard.com. Tous droits réservés.


Retour en haut