Retour à l'accueil

  Littérature

LA POéSIE SELON PAGNOL

Pagnol, écrivain du quotidien provençal disait de la poésie:
« J'ai connu depuis, un assez grand nombre de messieurs et de dames qui, bien longtemps après leur puberté, écrivent avec passion des odes, des sonnets, et même des poèmes épiques. Leur émotion est sincère, et leur lyrisme est spontané; ils ont de belles âmes de poètes. Quand ils nous lisent leur ouvrage, ils ne peuvent s'empêcher de verser une larme car ils retrouvent l'émotion qui les inspirera, et qu'ils ont cru mettre dans leurs mots.
Celui-ci parle de Françoise et ces deux syllabes et demie contiennent le premier amour de sa jeunesse; il dit « sauterelle« et il entend la petite musique lointaine du premier soir de vacances; il prononce avec ferveur «prière du soir» et il revoit la petite église de campagne, mal éclairée, par un soir d'hiver où il s'agenouillait auprès d'une mère chérie.
MAIS, l'éditeur ne connaît pas les clefs de ces mots: et bien souvent il a eu d'autres. Il n'est jamais allé à la prière du soir; la «sauterelle» lui rappelle ce grand nègre qui en faisait frire une pleine poêle et qui insista pour qu'il en croquât au moins une. Françoise, c'est précisément le nom d'une cuisinière bigle qui se vanta d'avoir toujours craché dans le potage lorsqu'elle fut enfin renvoyée. C'est pourquoi l'auditeur stupéfait n'entend qu'une ronronnante litanie de mots et que l'émotion du lecteur lui paraît lamentablement inexplicable.
Le Temps des amours, Marcel Pagnol Julliard éditeur, 1977.


Ce texte est protégé par les droits d'auteur et n'engage que l'opinion de Francine Allard.
2017 © Francine Allard.com. Tous droits réservés.


Retour en haut