Retour à l'accueil

  Cinéma-théâtre-spectacles

CASINO ET AUTRES FANFRELUCHES

Je suis allée, vendredi dernier, au Casino de Montréal afin d’assister au spectacle CINÉMASHOW. Et croyez-le ou non, j’en ai braillé de joie. Une idée originale, c’est le moins qu’on puisse dire, du génial Steve Zalac Jr. Une mise en scène ahurissante de Pierre Boileau. Une direction musicale étonnante de Luc Boivin et ses excellents musiciens. À remarquer, la danseuse Maud Beauchemin que l’on peut voir dans La Fureur et dans Watatatow comme (mauvaise) comédienne.

Cinémashow est un des plus beaux spectacles que j’ai vus ( j’ai vu Frank Sinatra, Dance Sing, Alain Choquette, Les Soupers Farfelus, British Rock Invasion et Claude Dubois) au Casino. Le plus exportable aussi. Le plus léché. Plus faible, la voix hésitante de Brigitte Marchand que j’avais pourtant bien appréciée dans Un pays dans la gorge au Théâtre du Rideau-Vert. Extraordinairement touchante la voix de Pascale Coulombe. Chaude celle de Geneviève Charest.

On y voit des extraits de nos films fétiches sur grand écran et une chorégraphie remarquable de Manon St-Laurent à l’avant-plan qui nous rappelle les meilleurs moments de ces films : Les Uns et les autres, West side story, Singing in the rain. Le moment le plus faible : un numéro terriblement enfantin du film The Sound of music (Do-ré-mi) dans lequel Brigitte Marchand avait l’air d’une monitrice de garderie avec sa ribambelle de 7 enfants Von Trapp vêtus avec les rideaux de la maison. Dans la foulée, la preuve que la Baronne a trompé le Capitaine Von Trapp avec son valet (un Noir parmi les enfants). Le politiquement correct a de ses impondérables!

Le problème avec les spectacles au Casino, c’est que plusieurs d’entre eux, venus pour le souper, sont déjà passablement éméchés lorsque le show commence et réagissent parfois comme des garnements. Des rires inutiles. Des applaudissements inappropriés. Dans la chanson qui se voulait tirée du film Moulin Rouge Lady Marmelade, certains hommes d’âge mûr qui m’entouraient, jouissaient presque dans leurs boxers en couinant : oui, je le veux, chaque fois que les chanteuses disaient : voulez-vous coucher avec moi, ce soir? Gross! comme disent les Anglais.


Ce texte est protégé par les droits d'auteur et n'engage que l'opinion de Francine Allard.
2020 © Francine Allard.com. Tous droits réservés.


Retour en haut