Retour à l'accueil

  Santé

VIEILLIR

Un jour, et c’est tout dernièrement, je me suis aperçue que je commençais à être vieille. Et j’ai réfléchi. Je vous fais part de mes réflexions.
On sait qu’on commence à être vieux :
- quand on prend assez de pilules pour être obligé de les placer dans une boîte à compartiments hebdomadaires
- quand on veut jouer au bridge
- quand la sauce tomate nous donne des aigreurs d’estomac
- quand on laisse aller deux ou trois gouttes lors d’éternuements ou de fous rires
- quand on a peur des longs voyages en avion par crainte d’avoir mal aux fesses
- quand on dit souvent : «lorsque j’étais jeune…»
- quand nos préoccupations changent d’orifices et qu’on a troqué le Colgate pour le Préparation H
- quand on préfère les Müslix aux Corn Pops
- quand on choisit toujours la patate au four plutôt que les frites
- quand on vole les petits sacs de sucre, les petites confitures et les petites crèmes dans les restos pour remplir notre sacoche
- quand on aime mieux déjeuner chez Marie Antoinette que dans un petit bistrot
- quand on demande une Toni chez la coiffeuse
- quand on se met à jouer au Curling
- quand on traîne des protège-dessous dans notre sac à main
- quand notre rouge à lèvres remonte les ridules jusqu’au nez
- quand ça prend plus de trente minutes avant que nos amis nous reconnaissent au téléphone au réveil
- quand on va chez Zellers le mardi parce que c’est la journée des aînés
- quand on se met à écouter le canal VOX parce qu’on haït le grand blond avec le show sournois
- quand on se rend au Centre Pierre Charbonneau pour rencontrer Sœur Angèle
- quand on ne sait pas qui est Jacinthe
- quand on écoute Fernand Gignac en versant des larmes de mélancolie
- quand on écoute Pierre Létourneau en songeant aux bouteilles de Chianti ornées de chandelles
- quand notre première sortie s’est déroulée à Terre des Hommes
- quand on a vu le premier show de Claude Léveillée
- quand on ferme la fenêtre parce que les oiseaux chantent trop fort dans le sorbier
- quand on sort dire aux enfants de ne pas marcher sur notre gazon
- quand on laisse 10% de pourboire
- quand on a des ulcères dans la bouche parce qu’on trouve que le Polygrip est trop cher
- quand on porte seulement des souliers Naturalizer prétextant que les talons hauts sont mauvais pour la posture
- quand on porte nos jupes aux chevilles arguant qu’on a trop porté la mini-jupe dans les années soixante
- quand on préfère le gin bitter lemon au Porto
- quand on haït le fromage bleu parce qu’il sent «la petite fille qui se néglige» (hop là le féminisme par la même occasion!)
- quand on dit : «mautadine, saudit et maudine» au lieu d’un bon juron bien religieux.
- quand on se frise avec des rouleaux et des pics
- quand on utilise le Wave Set au lieu du gel de salon de coiffure
- quand notre patois est «viande à chien!»
- quand on dit : la commission des liqueurs en parlant de la SAQ


Ce texte est protégé par les droits d'auteur et n'engage que l'opinion de Francine Allard.
2019 © Francine Allard.com. Tous droits réservés.


Retour en haut