Retour à l'accueil

  Santé

PéNURIE D’INFIRMIèRES

Dans plusieurs hôpitaux, il y a pénurie d’infirmières. Les jeunes filles qui auraient l’idée d’embrasser cette profession altruiste y pensent deux fois avant de travailler dix ans de nuit avant de pouvoir occuper un poste de jour. De plus, la dévotion au malade et au docteur, la sollicitude, le temps supplémentaire, c’est moins à la mode depuis une dizaine d’années chez les jeunes. La qualité de vie d’abord! L’équilibre émotionnel. La joie dans le travail.

Il y autre chose aussi. Voici ce qu’en rapporte le philosophe Sorman dans le livre : Les penseurs de notre temps. Le cerveau des jeunes filles ne serait pas constitué pour comprendre et assimiler les mathématiques. Ce dernier serait davantage fait d’intuition et de logique sensorielle ou quelques bibittes comme ça. Je sais qu’il y a plus de filles en médecine qu’il y a de garçons. Je sais aussi que les filles sont bonnes en sciences. Mais, le philosophe en rajoute. Paraît que l’enseignement des mathématiques a dû modifier sa trajectoire afin de permettre aux filles de mieux saisir les concepts. En tout cas, dans ma famille, cela s’est avéré une vérité. Mes deux filles et moi n’avons pas prisé la physique, la chimie et les mathématiques non plus que la géométrie. Nous trouvions ça inutile dans la vie. Nous avons totalement floppé la matière.

Mes filles auraient peut-être aimé embrasser la profession d’infirmière. Elles ont complété un cours secondaire dans un excellent collège (le 3ème du palmarès de l’Actualité), puis des études collégiales. À l’université, l’aînée a touché L’Histoire puis les sciences politiques et les shooters du bar Le Crocodile. Elle aurait voulu entrer à l’Institut d’hôtellerie (UQAM) en gestion hôtelière mais il lui manquait les maths 536, je crois. Elle a tenté de les suivre en cours à distance, son maître vivant à Matane! Peine perdue.

Combien de jeunes filles aimeraient devenir infirmières? D’après ce que je sais, seule la règle de trois et la compréhension des mesures en centilitres et en millilitres sont indispensables. Et le sens de la débrouillardise et le don de soi-même. La générosité et la sollicitude. Mes filles avaient toutes ces aptitudes mais ne comprenaient pas les cosinus et les tangentes.

Voilà la solution. Après avoir complété les maths 436 et le diplôme de la cinquième secondaire, toutes les jeunes filles devraient être acceptées automatiquement en sciences infirmières si elles ont vraiment des aptitudes, un point c’est tout. Les garçons aussi.

Mon dieu que les fonctionnaires ne comprennent pas les enfants!


Ce texte est protégé par les droits d'auteur et n'engage que l'opinion de Francine Allard.
2019 © Francine Allard.com. Tous droits réservés.


Retour en haut