Retour à l'accueil

  Cinéma-théâtre-spectacles

LA VIEILLESSE TUE!

Quand je suis sortie de la Place des Arts, après le spectacle d’Henri Salvador, je me suis demandé si la salle était bondée parce qu’il est bon ou parce qu’il est si vieux. En effet, Henri Salvador a 85 ans, sa peau basanée contrastant avec son complet blanc, les jambes incertaines, mais la diable dans le corps comme il l’a toujours eu, reluquant les belles filles et arguant que Pffeizer va faire faillite si elle attend après ce vieux chanteur pour lui vendre du Viagra.

Je ne me suis pas levée pour applaudir Salvador et je n’ai été responsable d’aucun de ses cinq rappels. J’étais sans doute la seule dans toute la PDA qui ne s’est pas levée pour crier sa joie. J’ai apprécié le spectacle mais il ne m’a pas jetée par terre. Je ne le connaissais pas beaucoup et la seule chanson que j’ai reconnue était Avec le temps de Ferré que le vieux chanteur a reprise avec une presque piété. Une soirée agréable. Une foule plus enthousiaste que moi, c’est tout.

J’ai ensuite écouté les commentaires des gens. Tous disaient qu’il fallait le faire à 85 ans!
Moi, c’est le contraire qui me désempare. Pourquoi tous les vieux ne continuent-ils pas à rouler des hanches, à séduire, à faire les activités qu’ils ont faites toute leur vie. Oui, Salvador joue de la guitare magnifiquement, il a fait cela toute sa vie. Oui, Salvador ondule comme un jeune premier, il a fait cela toute sa vie. Oui, Salvador chante magnifiquement bien , il n’a jamais cessé de chanter depuis le début de sa carrière en 1957.

Henri Salvador a lui aussi été victime du mensonge. Il a annoncé, croyant que la salle s’écroulerait de bonheur, qu’il avait reçu une leçon de poésie de la part d’une des nôtres : Lynda Lemay. Une véritable douche froide sur cette salle polie. Je crois que c’est ce qui a fini par éteindre le peu d’enthousiasme qui m’animait. Mais enfin, qui a dit aux Français que Lynda Lemay est une grande poète? Qui leur a suggéré d’utiliser le nom de cette pauvre fille pour nous conquérir? Quel sinistre menteur a raconté à Henri Salvador que nous étions pour nous répandre en admiration devant les chansons insipides, posées sur toujours les mêmes trois ou quatre accords de Mme Lemay?

En plus, lors du premier rappel, Henri Salvador nous a présenté un numéro de gars saoul mille fois exécuté par Olivier Guimond (le type qui goûte au gros gin pour une publicité et qui se pacte littéralement). Je n’ai pas compris ce que ce numéro venait faire dans un spectacle «memories» alors qu’il n’y en avait aucun autre durant ce spectacle sans entracte.

Je ne connaissais aucune de ses chansons. J’étais trop loin pour lui voir la figure. J’avais oublié mes jumelles. Et je n’aime pas les crooners. Et puis, le billet était 80$. Et en plus, dehors, c’étaient les Francofolies où ça «groovait» en masse et la foule plutôt jeune ignorait qu’on puisse encore chanter à 85 ans.

Puis il y a mon ami Denys qui ne comprenait pas mon manque d’enthousiasme. Il a pensé m ‘insulter en me lançant qu’il y a eu d’autres chanteurs avant Claude Léveillée. S’il savait…


Ce texte est protégé par les droits d'auteur et n'engage que l'opinion de Francine Allard.
2020 © Francine Allard.com. Tous droits réservés.


Retour en haut