Retour à l'accueil

  Société

LE GONG CHINOIS

Vous le savez que la dernière chose dont on pourrait m’accuser est de racisme! Vous le savez parce que je vous ai souvent parlé de mon gendre marocain. Bon, pour ceux qui suivent la saga depuis trois ans, je dois vous avouer que ma fille a finalement abandonné l’attente pénible et le vague migratoire. Elle a demandé le divorce à Simohammed. Elle en avait assez d’attendre qu’Immigration Canada la fasse poireauter depuis bientôt trois ans.
Trois ans sans voir son mari. Trois ans d’angoisse. Trois ans de comptes astronomiques de téléphone. Elle a laissé tomber.

Il y a quelques mois, elle a fait la connaissance d’un Cubain… qui vit à Cuba. Vous voyez comme on n’est pas racistes chez les-z-Allard. On donne plutôt dans la xénophilie ou la xénofolie, c’est comme vous voulez. Je suis destinée à avoir des petits-enfants un peu chocolat. Je vais les adorer à la condition, comme le prescrivait Montignac-gourou-de-la-fesse-molle, qu’ils soient du cacao à 70%.
Donc, je ne suis pas raciste.

La semaine dernière pourtant, quand j’ai lu qu’une Chinoise de Montréal, Mme Shenli Lin a gagné contre son pays d’origine qui gardait son mari prisonnier parce qu’il pratiquait le falun gong. Une sorte de témoindejéhovisme chinois. En fait, je blague parce que je n’ai aucune idée de ce qu’est le falun gong. Paraît seulement que ce n’est pas une sorte d’instrument de musique. C’est plus grave que ça pour que le pauvre gongiste soit mis en prison.
J’ai ressenti un très gros inconfort quand j’ai appris que Mme Shenli Lin ne parlait ni français ni anglais dans la grande métropole francophone du Canada. Elle vit à Montréal depuis 14 ans et ne parle aucune des deux langues officielles. Et ça, je n’accepte pas. Pas en 2002. Pas avec un gouvernement nationaliste comme le Parti Québécois. Pas après le travail acharné de Guy Bouthillier. Pas après l’acharnement de la SSJB. Pas quand on regarde dans tous les autres pays du monde.

Un pays communiste enferme un de ses enfants parce qu’il pratique une autre religion que celle de la majorité et sa femme unilingue chinoise vit dans un fief francophone sans que personne ne trouve un peu étrange qu’elle ne parle pas un mot de français..

On se demande ensuite pourquoi tant de Québécois deviennent racistes.


Ce texte est protégé par les droits d'auteur et n'engage que l'opinion de Francine Allard.
2021 © Francine Allard.com. Tous droits réservés.


Retour en haut