Retour à l'accueil

  Société

LA LANGUE DES BOIS

Un lecteur se plaignait, dans une lettre à La Presse, de la mauvaise qualité du français employé par le grand ambassadeur du Saguenay, Michel Barrette, qui aurait offert une suite de monologues vulgaires lors de la fête donnée en l’honneur de cette nouvelle ville fusionnée.

Je suis allée faire la tournée du Lac Saint-Jean il y a deux ans pour parler de littérature pour la jeunesse. Douze jours dans des petites écoles sympathiques. J’avais pas compris pourquoi les gens de Chicoutimi insistaient autant pour dire qu’ils n’étaient pas du Lac Saint-Jean!
Au Lac Saint-Jean, quelle ne fut pas ma surprise d’entendre le français approximatif de certains enseignants de petits bleds comme Saint-Thomas-Didyme, patrie de Dédé Fortin des Colocs. Trois d’entre eux m’ont invitée à m’asseoir : «Vous voulez-tu une chaise, Madame Allard?».

J’ai entendu des phrases tourmentées auxquelles on ajoutait résolument des «plaisââânts» à tour de bras. Et je n’exagère pas une miette.

Nous sommes toujours émus d’entendre dire qu’au Lac, on parle avec l’accent. On a des expressions caractéristiques, mais surtout un accent fort. Ça fait partie de la différence. Mais, ce que j’ai entendu n’est pas du tout comptabilisé parmi les choses «cute». Au Lac, il n’y a pas que l’accent, il y aussi, parfois, une langue bâtarde qui s’enseigne à l’école parce que les enseignants font des erreurs, arguant, le sourire dans les yeux, que c’est
« l’accent d’icitte».

Michel Barrette a l’accent fort. Mais surtout, il n’aurait jamais pu faire carrière en humour avec seulement ses grosses farces vulgaires, ses dentiers en moins, s’il n’avait pas eu cet accent qui semble tout excuser. Barrette est un gars souvent vulgaire. Il a un accent vulgaire et en effet, est le pire ambassadeur que le Saguenay n’a jamais eu, renforçant dans la pensée du bon peuple, l’idée que ses concitoyens parlent «simple». Car il y a l’accent mais aussi la parlure du terroir qui peut très bien n’avoir jamais eu la chance d’évoluer à cause de tous les Mario Tremblay et les Michel Barrette qui en perpétuent l’image.

Car, sachons que la plupart des saguenéens et des saguenéennes parlent un excellent français et qu’ils doivent trouver ça moins «plaisââânt» que de mauvais ambassadeurs maganent ainsi leur réputation.


Ce texte est protégé par les droits d'auteur et n'engage que l'opinion de Francine Allard.
2021 © Francine Allard.com. Tous droits réservés.


Retour en haut