Retour à l'accueil

  Petites vites

LA MAGOUILLE

Vous vous confiez aux gens que vous pensez vos amis. Vous faites partie d’une association, d’un groupe, du personnel d’un bureau. Une de ces personnes décide que tout à coup, vous êtes malhonnête, manipulateur, et que tout ce que vous avez fait depuis le début, est tombé dans l’oubli. Puis cette personne se met à entraîner vos autres camarades en dévoilant tout ce qu’elle sait de vous, que vous lui avez confié dans le privé. Ils se liguent contre vous. Vous devenez paranoïaque. Vous partez, vous démissionnez, vous allez guérir votre douleur là où vous croyez que c’est mieux. Un an, deux ans… et ça recommence, la même histoire.
Un conseil, ne dites plus rien à personne. C’est ce que j’ai compris en démissionnant de la présidence de l’Association des écrivains québécois pour la jeunesse. Je n’avais pas encore compris que pour certains, écrire pour la jeunesse, c’est se comporter comme son public.


Ce texte est protégé par les droits d'auteur et n'engage que l'opinion de Francine Allard.
2021 © Francine Allard.com. Tous droits réservés.


Retour en haut