Retour à l'accueil

  Éducation

SO-SO-SOLIDARITé!

Les enseignants ont une cause très défendable entre les mains. La meilleure des causes : la reconnaissance des heures travaillées, l’allégement de leurs groupes, une meilleure formation, et surtout, le droit au respect. Mais la population étant ce qu’elle est, elle a du mal à respecter ceux qui font en sorte que les enfants-rois du bon peuple ne pourront pas aller au Biodôme avec l’école, qu’ils n’iront pas à La Ronde… Les enseignants continuent à dispenser le même enseignement et pourtant, les parents sont vexés parce que le prof de leur petit chéri n’ira pas au Camp Le P’tit bonheur au mois de juin. Jamais je n’aurais cru une chose pareille!

La tâche des enseignants est d’enseigner des matières. Pas de jouer au ballon dans la cour d’école avec son groupe. Pas de les emmener visiter la province. Surtout pas de les emmener en France! Les enseignants qui ont commencé ce petit jeu sont maintenant bien pris! Les enfants veulent dorénavant avoir du plaisir à l’école. «L’école, milieu de vie». Foutaise!

Je crois que les enseignants ont là une belle cause, en effet (pas une cause à effet, ce qui est fort différent!). Mais ils ne réussiront qu’à s’enliser dans la soupe aux pois qu’est devenue l’Éducation car il leur manque une chose essentielle : la solidarité.

D’une commission scolaire à l’autre, d’une école à l’autre et même d’une classe à une autre, les enseignants ne se tiennent pas. Leurs arguments ne sont pas les mêmes. Leurs syndicats ne sont pas les mêmes. Leur passion n’est pas la même.

Si les enseignants étaient une fois pour toute solidaires, que TOUS, ils refusaient les mêmes choses, ça bougerait au Ministère de l’Éducation. Et, concernant la visite des écrivains et des artistes dans les écoles, certaines écoles acceptent, d’autres refusent. Mais voilà un moyen de pression efficace et il n’y aura personne pour dire que les enseignants sont cruels. Si TOUS les enseignants, sans exception, avaient boycotté toutes les activités culturelles à l’école, la Ministre de la Culture aurait disputé le Ministre de l’Éducation et je vous dis que les choses auraient changé à la vitesse de l’éclair. Au Québec, on ne touche pas à la Culture! Et ça éviterait au dossier de traîner comme c’est le cas depuis trois ans.
Allons, les enseignants, soyez solidaires. Ça fera très mal mais ça durera moins longtemps!


Ce texte est protégé par les droits d'auteur et n'engage que l'opinion de Francine Allard.
2022 © Francine Allard.com. Tous droits réservés.


Retour en haut