Retour à l'accueil

  Politique

LES LARMES DE LA REINE D’ANGLETERRE

Les Anglais sont heureux. La reine Elizabeth II a fêté ses 50 ans de règne sur son grand échiquier. Les grands amateurs internationaux d’échecs ont prédit moult fois qu’on allait la voir s’écrouler, victime des tourments vécus par les membres de sa famille.

Malgré le mariage cahoteux de Lady Diana et du Prince Charles, malgré ses petits-fils qui lui font parfois honte, malgré le thé de cinq heures qui se fait de plus en plus amer, la reine Elizabeth II d’Angleterre est une digne souveraine que lui envient des millions de victimes des pouvoirs démocratiques.

Moi la première. J’ai toujours aimé la royauté. Le faste et les carrosses dorés. Les beaux chapeaux et les beaux tailleurs. Les châteaux et les servantes. Et comme j’aimerais un pays où le civisme et le nez en l’air sont de mise. Même s’il y pleut la plupart du temps.

J’aime la famille royale. Et je me dis que celle de Buckingham doit être tellement agréable à rencontrer puisque des snoros comme les Ozzy Osborne, les Beach Boys, les Tom Jones et les Mc Cartney sont tout fiers d’être reçus chez la souveraine au point de devenir d’intraitables groupies lorsqu’ils aperçoivent Elizabeth.

Au Canada, les artistes qui seraient invités chez Jean Chrétien le feraient incognito pour ne pas décevoir leurs fans. Ici, on ne chante pas pour les reines mais pour les Hells Angels! Au Canada, les artistes sont vachement plus respectés que les politiciens. Au Canada, on déteste le protocole. Et les tartes, c’est dans la figure qu’on les mange! Et les politiciens se font vilipender en public et devant les caméras, en plus!

J’admire l’immense respect que vouent les Anglais à la famille royale. J’aimerais que les Québécois éprouvent autant de respect envers nos dirigeants. Que nous prenions tous le thé à cinq heures. Que notre premier ministre se promène dans un carrosse doré avec de beaux chevaux bien parés et des soldats vêtus de leurs plus beaux atours.

Une chose, cependant. Le sourire d’Elizabeth II! Comme elle serait plus sympathique si elle s’extasiait de temps en temps. Si elle attrapait le duc d’Édimbourg sous le bras et qu’elle lui promettait une nuit torride, les yeux posés sur sa braguette. Si elle portait un petit legging avec une robe soleil. Si elle plongeait la main dans le sac de chips d’un enfant. Si elle portait le dernier mascara d’Oréal pour illuminer son regard enfariné. Si elle s’épanchait. Si elle démontrait un peu d’audace. Si elle pleurait de joie devant le feu d’artifice. Si elle prenait tendrement les petits enfants dans ses bras. Si elle quittait cette face de vingt piastres auquel elle semble vouloir être fidèle. Ressembler à un billet de banque à tout prix, pour que ses sujets britanniques la reconnaissent, voilà pourquoi la reine Elizabeth est si flegmatique.

Oh, combien je serais ravie de voir rire Elizabeth.


Ce texte est protégé par les droits d'auteur et n'engage que l'opinion de Francine Allard.
2022 © Francine Allard.com. Tous droits réservés.


Retour en haut